Le premier centre de formations professionnelles
en communication - marketing et en interactif

Yann Fortier: «Travailler avec des gens que j’admire»

Rédacteur et stratège à son compte depuis 2011, formateur CAMPUS InfopresseYann Fortier est aussi le directeur général du volet montréalais de l’exposition World Press Photo. Entretien avec un esprit aussi libre que créatif qui n’a pas peur des mots.  

Comment définiriez-vous votre parcours professionnel?

J’ai appris mon métier en misant sur la débrouillardise de façon assez intuitive. Je dirais que c’est en lisant et en observant les autres que j’ai réussi à me tailler une place dans le milieu des communications. J’ai aussi eu la chance de faire des rencontres professionnelles déterminantes en travaillant avec Caroline Jamet chez Spectra et La Presse ou encore chez Newad aux côtés de Martine Desjardins et de Michael Reha. Ces personnes ont été de véritables mentors pour moi. Je travaille à mon compte depuis 2011, et je traite avec plusieurs entreprises et agences, et ce que je recherche, d’abord et avant tout, c’est de travailler avec des gens que j’admire.

C’est important de reconnaître les gens qui ont été déterminants dans nos vies. Je ne vais jamais dans les 5 à 7 de réseautage, je me suis choisi un travail qui va avec mon caractère. Je considère cela comme une force d’être près de ses émotions. Il existe plusieurs codes comportementaux en pub et en marketing, les gens essaient de se coller à ce qui fonctionne en cultivant la «différence». Mais cette différence est tellement formatée, encadrée que les gens finissent par tous se ressembler…

«C’est important de reconnaître les gens qui ont été déterminants dans nos vies. Je ne vais jamais dans les 5 à 7 de réseautage, je me suis choisi un travail qui va avec mon caractère. Je considère cela comme une force d’être près de ses émotions.»

En quoi votre métier a-t-il changé ces dernières années?

Mon dernier poste dans une agence remonte à 2011, quand j’étais vice-président, communications et relations corporatives, de Newad. Les choses ont beaucoup changé dans mon cas! J’ai appris à cibler davantage ce que je fais. Au début, je disais oui à tout et je pouvais, dans la même journée, travailler à la production d’un site web, organiser un lancement en événementiel en plus de rédiger pour World Press! Aujourd’hui, l’exposition représente 15% de ce que je fais dans l’année. Avec le temps, j’ai voulu converger vers la stratégie et la rédaction de contenus créatifs; les relations de presse s’inscrivent là-dedans. Le pari que j’ai fait est d’y aller plus niché en ne perdant jamais de vue mes trois mots d’ordre: pertinence, cohérence et engagement.

«Le pari que j’ai fait, c’est d’y aller plus niché en ne perdant jamais de vu mes trois mots d’ordre:                 pertinence, cohérence et engagement.»

Quel est le plus grand défi auquel vous avez dû faire face dans votre parcours professionnel? Et qu’en avez-vous retiré?

Trouver le bon équilibre entre dire non et oui au bon moment. On est dans un contexte social où les choses vont vite pour un auditoire qui consomme rapidement. Que tu ailles à gauche ou à droite pour faire passer ton message, je ne pense plus que ça change quoi que ce soit, parce qu’au bout du compte, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Je n’aurais pas dit ça il y a 10 ans! J’aurais plutôt dit que la bonne réponse, c’était la mienne. Maintenant, c’est celle qui va être générer de l’intérêt et de la conversion. 

«il est primordial de se faire sa propre idée, de rester ouvert, on revient à ça, mais c’est vrai: il faut rester soi-même et ne pas essayer d’être la fameuse personne inspirante sur LinkedIn avec ses cinq secrets pour réussir!»

Quel conseil donneriez-vous à la personne qui aimerait suivre vos traces? 

Lire beaucoup! Au chapitre des relations de presse, par exemple, les gens ont intérêt à lire ce qui se passe sur le plan du journalisme davantage que des communications, de regarder comment les gens travaillent pour s’inspirer. Il faut rester branché, il faut être curieux tout en demeurant critique et ne pas prendre la tendance de la semaine comme une finalité. Il est primordial de se faire sa propre idée, de rester ouvert, on revient à ça, mais c’est vrai: il faut rester soi-même et ne pas essayer d’être la fameuse personne inspirante sur Linkedln avec ses cinq secrets pour réussir !

----

Yann Fortier animera plusieurs formations cet automne dont Rédiger un communiqué pertinent, cohérent et performantle 16 novembre prochain.