Des formations conçues pour répondre aux enjeux des professionnels.

Denis François Gravel: «Ne pas savoir quel chemin tu prendras, mais savoir où tu t’en vas, pour moi, c’est ça, le leadership»

Expert en culture de présentation, président de TEDxQuébec et formateur au Campus Infopresse, Denis François Gravel gravite dans l’univers des communications depuis plus de 30 ans. Portrait. 

Comment définissez-vous votre parcours professionnel?

Le meilleur mot pour le qualifier est atypique; je n’ai pas eu de lignes directrices pendant des années. J’ai par ailleurs commencé très jeune à m’intéresser aux communications en travaillant dans des bases de plein air et à la Maison des jeunes de Charlesbourg La Marginale. C’est certain que lorsque tu travailles avec des jeunes, tu apprends vite à avoir un plaisir et une aisance à côtoyer et à parler à des groupes. C’est sur ce terrain fertile où tes concurrents sont le soleil et les grenouilles que j’ai appris les rudiments de la présentation. J’ai ensuite étudié en génanogie à l’Université du Québec à Trois-Rivières. À l’époque, ce n’était pas très connu, il y a eu environ 600 diplômés de 1969 à 1990! (rires) On touchait à toutes les disciplines des sciences humaines: psychologie, sociologie, communications, etc. Pour un généraliste comme moi, qui aime être au carrefour des choses, c'était génial. J’ai ensuite travaillé en vente dans le domaine de l'informatique pendant presque 20 ans. Qui dit vente, dit présentation. Et qui aime être debout pour présenter? Moi! (rires) En 1998, j’ai dû faire près de 100 formations partout au Québec, c’était génial.

Après, j’ai quitté les PME pour le marché gouvernemental.Puis, j’ai constaté que mon réseau se rétrécissait; je sentais que j’étais en train de disparaître. C’est en 2008-2009 que j’ai fait le saut sur les réseaux sociaux, on y était encore au balbutiement. C’est aussi à ce moment que j’ai acheté mes noms de domaines, Présentabilité et Prensentability, puis que j’ai décidé de me lancer en affaires. À cette époque, les présentations en organisation avaient mauvaise réputation, on perdait beaucoup de temps, il fallait faire quelque chose, et c’est ce que j’ai fait.

En quoi votre métier a-t-il changé depuis les dernières années?

Je ne me suis jamais considéré comme un formateur professionnel. Je fais de la formation, mais je me vois plus comme un stratège en culture de présentation. Et c'est celle-ci que je veux changer. La pensée est assez binaire dans les organisations, soit les professionnels pensent n’avoir rien à améliorer, soit ils se disent mauvais et appellent à l'aide. Mais ce qu’il faut comprendre, c’est que ce n’est pas binaire! Il faut voir la culture de présentation comme une échelle de progression, tu t’améliores toujours. La personne qui décide de m’engager comme coach va m'écouter et s'investir, la question de la motivation ne se pose même pas. Pour s'améliorer, il faut comprendre la valeur ajoutée d'une présentation bien construite.  

«Il faut voir la culture de présensation comme une échelle de progression, tu t’améliores toujours.»

Une nouvelle prise de conscience sur l'importance d'une prise de parole claire et dynamique s'opère d'ailleurs depuis quelques années. Il y a 10 ans, tu prêchais dans le désert, mais aujourd’hui, certains auteurs et théoriciens des communications comme Nancy Duarte changent la donne. Avec sa société Duarte Design, elle a permis d’élever la présentation visuelle d'Al Gore sur les changements climatiques entre autres, avec un support multimédia fort. La présentation a fait le tour du monde et a été le point de départ du documentaire Une vérité qui dérange (An Inconvenient Truth), sorti en 2006 et qui a remporté un Oscar l'année suivante. La popularité de cette présentation a constitué un élément déclencheur pour montrer aux gens qu’une présentation à teneur scientifique pouvait être intéressante, que c'était possible de prendre un sujet complexe et de le rendre facile à comprendre avec une bonne vulgarisation et un support multimédia solide et cohérent.  

Le phénomène s'est poursuivi en 2006 lorsque TED a mis en ligne 10 conférences; l'engouement que ça a créé était tel que, trois ans plus tard, les TEDx sont apparus. Ces derniers permettaient aux indépendants de créer des événements dans leur communauté. C’est à ce moment que j’ai reçu la première licence de TEDxQuébec et que j’ai commencé à préparer la filiale avec mes deux partenaires. Le vrai coup d’envoi a été donné en 2011. L’engouement ne tarit plus depuis, les gens de la région de Québec embarquent! On va chercher des personnes pas nécessairement connues, mais qui ont des messages à transmettre et qui ont envie d'être coachées. Les plateformes TED et TEDx reposent sur l’innovation, sur les messages qui ont besoin de visibilité. L'objectif est de proposer des angles nouveaux pour amener les gens le plus loin possible dans leur recherche et leur réflexion. 

«NE PAS SAVOIR QUEL CHEMIN TU prendras, MAIS SAVOIR OÙ TU T’EN VAS, POUR MOI, C’EST ÇA, LE LEADERSHIP.»

Quel est le plus grand défi auquel vous avez dû faire face dans votre parcours professionnel? Et qu’en avez-vous retiré?

En 2009, quand j’ai lancé TEDxQuébec, j’avais l'habitude de travailler avec des organisations établies. Avec TEDx, j’étais seul au début et je devais assumer mon leadership. Je suis devenu le leader d’une organisation qui n’existait pas et que je devais créer en même temps que sa communauté. Pour moi, c’était une grosse prise de position. Ne pas savoir quel chemin tu prendras, mais savoir où tu t’en vas, pour moi, c’est ça, le leadership.

Quel conseil donneriez-vous à la personne qui aimerait suivre vos traces? 

«SORS DE CHEZ VOUS, METs-TOI LE NEZ DANS LE TRAFIC, PARCE QUE LES Occasions VIENNENT QUAND TU ES DANS L’ACTION.» 

Sors de chez vous, mets-toi le nez dans le trafic, parce que les occasions viennent quand tu es dans l’action. Tu ne peux pas grandir dans un bureau duquel tu n’es jamais sorti. Plus tu t’engages et plus tu rencontres des gens, plus des occasions viennent à toi que tu peux saisir. S’engager, même bénévolement, ça donne de la notoriété; les gens se souviennent de nous.

--

Denis François Gravel animera la formation «Réaliser des présentations stratégiques et efficaces» au CAMPUS Infopresse à Montréal le 15 février et à Québec le 29 mai prochain.